REGARDE DE TOUS TES YEUX, REGARDE

Du 07/07/2021 au 26/09/2021

Halle aux Bleds à St-Flour

Le FRAC Auvergne est heureux de poursuivre sa collaboration avec la ville de Saint-Flour et présente sa nouvelle exposition intitulée Regarde de tous tes yeux, regarde réunissant une sélection d’artistes qui aborde le paysage dans ce qu’il a de plus familier, de plus ordinaire. Aucune emphase ni démonstration de force dans ces représentations, il s’agit là au contraire d’accorder sa place à l’infime, au détail, « à toutes ces choses simples dessinées entre le crépuscule et le ciel. 1 »
Les artistes présents dans cette exposition rendent compte de l’infini d’un monde entièrement contenu dans la légèreté d’une feuille reposant au sol, dans l’éclosion colorée des fleurs d’un jardin, dans le hasard d’un reflet, dans la force d’irruption d’un éclat de lumière. Des « choses simples » vers lesquelles l’attention du visiteur est portée, se trouvant guidée par l’injonction contenue dans le titre de cette exposition : « regarde de tous tes yeux, regarde ». Ces mots sont ceux lancés à Michel Strogoff, héros du roman de Jules Verne (1876), quelques instants avant qu’il ne perde la vue. C’est donc dans l’urgence de la situation que Michel Strogoff reçoit ces mots, ressentant l’impérieuse nécessité de dévorer du regard ce qui l’entoure, de cette intensité pareille à celle qui teinte l’expérience des dernières fois.
Loin du destin tragique du héros de Jules Verne, on retrouve sans doute quelque chose de cet impératif, de cette intensité dans le regard des artistes de cette exposition, dans cette attention accrue qu’ils portent à l’anodin. Ciel crépusculaire, surface brillante du plastique qui recouvre les bottes de foin, souvenir d’un paysage d’enfance, miroitements colorés à la surface de l’eau, motif bucolique de fleurs, lobes crénelés des feuilles de figuier, nuances ocres de feuilles d’automne, mousses de sous-bois… Devant ces portions de paysage a priori banales, on se surprend à s’attarder plus longuement que d’ordinaire, comme si l’attention que leur témoignaient les artistes nous les rendaient soudainement à la vue. Une définition ancienne du verbe « émouvoir » nous rappelle que le premier sens du mot est « se mettre en mouvement ». La précision importe ici puisqu’elle suggère que cette expérience du sensible ne peut advenir sans une perception renouvelée de la déambulation conjuguée à un mouvement de l’esprit dans lequel, délié de nos certitudes, on se laisserait aller au plaisir simple de l’inattendu.
1 René Char, De moment en moment, 1965, in La Postérité du soleil.

Livret jeu 6-12 ans

Artistes :