Le portrait n’existe pas

Du 24/09/2021 au 26/09/2021

Grange de Mai - Saint-Saturnin

Pour sa nouvelle collaboration avec le festival biennal Les Jours de Lumière, le FRAC Auvergne présente une riche sélection d’oeuvres en écho à la thématique retenue pour cette 12ème édition, « Visages & Paysages ». Si le portrait et le paysage ont longtemps constitué des genres à part entière dans la hiérarchie en vigueur jusqu’au XIXe siècle, le rapprochement de ces deux sujets, dans le contexte de cette exposition, permet de mettre en évidence les rapports de réciprocité qui lient étroitement l’homme et son environnement.
L’exposition Le portrait n’existe pas nous met ainsi en présence de figures humaines qui ne sont jamais envisagées seules mais s’inscrivent d’emblée dans un paysage, réel ou suggéré, attestant que l’homme n’existe pas en lui-même mais bien dans, avec et par son environnement.
Aux côtés des représentations métaphoriques de Gerald Petit et de Daniel Tremblay dans lesquelles visages et paysages se confondent, chaque portrait présent dans cette exposition révèle en creux un certain nombre d’enjeux sociétaux, politiques, environnementaux… Les artistes contemporains s’affranchissent des codes classiques du portrait pour faire émerger des réalités sociales bien spécifiques (Pierre Gonnord), redonner une dimension humaine aux grands conflits contemporains (Yuri Kozyrev, Seamus Murphy) ou encore amener à une réflexion
sur les conséquences du progrès scientifique (Andreas Eriksson, Aziz+Cucher). C’est en ce sens qu’il est possible d’affirmer que le portrait, en tant que genre artistique, « n’existe pas » puisqu’il dépasse aujourd’hui volontiers la traduction fidèle des traits d’un visage pour servir de support à des recherches plus vastes.

Artistes :