CHARLES ROSTAN

Du 02/06/2021 au 09/11/2021

Domaine Royal de Randan

Invité une nouvelle fois par le Domaine Royal de Randan, le Fonds Régional d’Art Contemporain Auvergne a souhaité convier l’artiste clermontois Charles Rostan. Pour cette exposition, le FRAC Auvergne a sélectionné douze portraits de femmes et d’hommes dont les histoires singulières se mêlent à l’histoire intime de Charles Rostan qui, à l’âge de 6 ans en 1975, a fui le Vietnam avec sa famille pour venir s’installer en France. Son parcours le tient par la suite éloigné du monde de l’art – après des études de comptabilité, il crée en 2008 sa société d’audiovisuel –mais la réalisation de documentaires l’amène à pratiquer la photographie qui prend bientôt une place essentielle dans sa vie.
Le portrait s’impose d’emblée comme une évidence pour cet artiste qui trouve là un moyen d’aller à la rencontre de l’autre – lui qui avoue être de nature assez timide – pour recueillir les témoignages de celles et ceux qui, comme lui, ont connu l’exil. À l’instar de Frantz, d’origine polonaise arrivé en France à 7 ans après que sa famille ait fui le nazisme, de Toumicha, qui a quitté sa Tchétchénie natale après avoir vécu les pires horreurs, de Regragui, d’origine marocaine que Charles Rostan a rencontré dans le même foyer qui l’avait accueilli, lui et sa famille, en 1975. Et puis Duc et son air éternellement enfantin, Fatou, Raze, Kwasi… Ces portraits sont autant la trace d’un instant de vie partagé avec le photographe qu’une tentative de résister à l’oubli qui guette ces existences. C’est toujours en se plaçant au plus près de ses sujets que Charles Rostan capture ces visages sur lesquels se lisent les traces du temps, les sillons laissés par des parcours de vie tourmentés. La réussite de ces portraits, d’une intensité rare, tient sans nul doute à la relation de confiance que l’artiste prend soin d’instaurer longuement avant la prise de vue – qui sera, à l’inverse, très rapide pour conserver toute l’authenticité de ces instants partagés. Ce faisant, Charles Rostan nous confronte à l’autre, aux drames intimes, aux histoires individuelles dont les singularités agissent comme autant d’indices de notre mémoire collective.

Voir la page de l'artisteDossier pédagogique 1er degréLivret-jeu 6-12 ans