Nancy GRAVES

Née en 1939 aux États-Unis. Décédée en 1995.

Au milieu des années 1970, Nancy Graves transcende sa démarche initiale qui consistait à travailler à partir de « données concrètes », et commence à réaliser des œuvres gestuelles lumineuses, abstraites et prodigieusement colorées sur toile et sur papier. Ses créations sur différents supports révèlent une liberté gestuelle et expressive toujours plus grande à mesure qu’elle insère des marques picturales de plus en plus variées sur leurs surfaces, entre traits épais et traînées de vapeur évanescentes peintes à l’aérographe. Son travail autour de l’aquarelle a profondément influencé cette évolution. L’artiste commence à explorer l’aquarelle en 1974 avec une série de toiles aux tons vifs représentant des vues aériennes d’ouragans tourbillonnants, réalisées à partir d’images satellites de la NASA colorisées selon un code couleur pour indiquer les flux de chaleur. À la même époque, elle engage un processus de retouches successives de ses formes et gestes à partir de « citations » puisées dans ses œuvres plus anciennes, qu’elle traduit en un glossaire d’abstraction personnel et intuitif.

Si ses aquarelles gestuelles paraissent abstraites au premier abord, Nancy Graves explique qu’elles sont inspirées de ses peintures réalisées à partir de cartes de la surface lunaire de la NASA : les aquarelles de 1977 se réfèrent aux peintures de 1972-73 (les Moonwater Series). « Les cartes géologiques de la lune ont été mon point de départ. Les diverses densités de couleur et les différents types de textures ou de marques ont été obtenus en interaction avec le processus de séchage. La surface fluide de teinte diaphane et nébuleuse contraste avec des traces plus nettes, indiquant que la surface du papier est devenue plus râpeuse durant le séchage. » 1-2

Comme dans ses toiles précédentes, basées sur une perspective satellite, l’artiste dirige son regard vers le bas et adopte un processus et une technique nécessairement horizontaux : « Je travaille sur une surface plane et l’eau s’évapore… au bout de huit heures environ. La difficulté consiste à façonner une matière qui évolue constamment au fil de mon travail. En un sens, cela s’apparente à une performance ». 3 Nancy Graves choisit de travailler sur des feuilles de papier aquarelle de grandes dimensions – souvent plus d’un mètre sur deux –, portant ce support à une échelle inhabituellement ambitieuse et renforçant par ailleurs le caractère performatif de ses créations, ainsi que la puissance expressive de ses toiles. Elle continuera d’explorer l’aquarelle avec passion jusqu’à la fin de sa vie.

Dans tous les supports qu’elle a traités et maîtrisés, Nancy Graves a su repousser les limites du genre artistique, de l’échelle, de la technique et du sujet en fusionnant les procédés visuels, viscéraux et conceptuels d’appréhender l’art et la vie dans des œuvres profondes et inspirées qui transcendent son époque.

Christina Hunter, directrice exécutive de la Nancy Graves Foundation.

1- Notes de l’artiste, Archives de la Nancy Graves Foundation

2- Une aquarelle de cette série, Leeta, 1977, (111,8 cm x 212,7 cm) est acquise par le Metropolitan Museum of Art de New York en 1978.

3- Nancy Graves, Conférence à l’École de peinture et de sculpture de Skowhegan, 1979.

 

Nancy Graves est une artiste américaine de renommée internationale. Artiste multidisciplinaire prolifique, Nancy Graves a développé une œuvre cohérente composée de sculptures, peintures, dessins, aquarelles et lithographies. Elle a également produit cinq films d’avant-garde et conçu des scénographies novatrices. Née à Pittsfield, dans le Massachusetts, Nancy Graves sort diplômée du Vassar College en 1961. Elle obtient ensuite un MFA en peinture à l’Université de Yale en 1964, aux côtés de Robert Mangold, Rackstraw Downes, Brice Marden, Chuck Close, ou encore Richard Serra, auquel elle sera mariée de 1964 à 1970. C’est en 1969 que sa carrière décolle, cinq ans après l’obtention de son diplôme, alors qu’elle est la plus jeune artiste – et seulement la cinquième femme – à bénéficier d’une exposition personnelle au Whitney Museum of Art. Par la suite, le travail de Nancy Graves est présenté dans des centaines de musées et galeries à travers le monde, ainsi que de nombreuses expositions personnelles muséales. Elle reçoit alors des commandes pour des sculptures in situ de grands formats et ses pièces entrent dans les collections permanentes de grands musées d’art internationaux. L’œuvre de Nancy Graves est conservée dans nombreuses collections publiques, notamment au Whitney Museum, au Museum of Modern Art et au Metropolitan Museum de New York ; au San Francisco Museum of Modern Art ; à l’Art Institute de Chicago ; à la National Gallery de Washington ; au Ludwig Forum d’Aix-la-Chapelle ; au Museum Moderner Kunst de Vienne ; au Musée Sonjie d’art contemporain de Séoul et au Marimura Art Museum de Tokyo ; au Centre Pompidou, etc.

La renommée de Nancy Graves ne fait que croître au cours des années 1980 grâce aux sculptures à la forme ouverte et gracieuse de plus en plus monumentales qu’elle réalise dans le cadre de commandes. Dans le même temps, elle approfondit également sa pratique de la peinture, du dessin et de la lithographie, et réalise de grandes aquarelles gestuelles. A la fin des années 1980, elle crée des œuvres murales qui associent ses expérimentations sculpturales et picturales sur la forme et la couleur. Dans ces pièces de grand format, Nancy Graves fixe des éléments sculpturaux polychromatiques à la surface et sur les bords de ses toiles peintes pour que les ombres de celles-ci se dessinent sous forme de motifs sur les peintures et le mur avoisinant.