(Guðmundur Guðmundsson, dit) ERRÓ

Né en 1932 à Olafsvik (Islande), vit et travaille à Paris

Au cours de ses voyages à travers le monde entier, Erró collecte des images (publicités, photos d’actualité, bandes dessinées, affiches, documents politiques) qui sont sa source d’inspiration. Il les choisit, les assemble, les accumule – toujours avec humour, parfois avec angoisse et violence – sur les toiles pour former des tableaux qui sont autant à lire qu’à voir. La peinture est un lieu d’expérimentation où il peut faire du vieux avec du neuf. Elle est la forme privée de l’utopie, le plaisir de contredire, le bonheur d’être seul contre tous, la joie de provoquer. Il révèle et dénonce les aberrations de notre société : consommation dirigée, érotisme mercantile, révolutions, américanisation de l’existence… Dans certaines de ses compositions, il insère habilement des personnages de toiles de Ingres, Delacroix, Léger ou Picasso, lesquels se retrouvent cohabitant avec des stars du cinéma, des hommes politiques ou des héros de bandes dessinées. « J’ai besoin de matériel efficace et, au cours de mes voyages, je fouille partout chez les soldeurs de livres, dans les kiosques. J’accumule une quantité énorme de matériel, et lorsque j’ai réuni beaucoup d’images se rapportant à un thème, c’est signe de commencer une série. Le processus consiste ensuite à sélectionner les images, à les “marier” ensemble pour en faire des collages, puis des tableaux. »

Diplomats traite, sur un mode parodique, de la collusion secrète entre régimes dictatoriaux et démocraties, sujet dont la portée n’est pas uniquement réduite aux références historiques présentes sur l’oeuvre. Sur le chapeau, les lettres ЦРУ – le У est mal retranscrit – sont les initiales de la CIA en Russe. Le document que tiennent les représentations allégoriques de la CIA et du parti national-socialiste allemand pour sceller un accord est une liste (список) des anciens agents de la Gestapo (бывших = anciens) Гестаповцев = agents de la Gestapo.