MOURAUD Tania

Née en France en 1942 - Vit en France

Les paysages que photographie Tania Mouraud n’existent pas. Non que la photographie soit truquée : aucune retouche, aucun filtre. La nature environnante est captée sur la surface miroitante et galbée, par endroits fripée, du plastique qui emballe les bottes de foin entassées dans la campagne. L’image est imprimée avec des pigments sur un papier traditionnel de la gravure ou de l’aquarelle. Techniquement photographique, la série est à la frontière de la peinture, à la fois dans sa plasticité et dans l’intention de l’artiste. Déjà dans la série faite au Palace en 1981, les longs temps de pose transformaient les mouvements et les décors des nuits parisiennes en tâches de lumière et traces picturales. Pour Borderland, Tania Mouraud observe la surface brillante du plastique à travers l’objectif et déclenche l’obturateur lorsqu’elle «voit» de la peinture. D’instinct, elle cadre sur un tableau. Chaque image capture un instant évanescent à la merci des variations de lumière, une illusion à la fois conditionnée par l’angle de vue, les accidents de la surface, le lieu environnant. Pour elle, la série Borderland consiste aussi à prendre pour sujet un outil de travail quotidien de l’agriculture la plus industrialisée et «faire art» avec ce qui nous échappe. Ce principe se retrouve sur les bandes son qu’elle compose pour ses vidéos et dans ses performances de musique noise. Tania Mouraud est allée travailler sur le motif comme l’ont fait les Impressionnistes et chaque image dégage l’atmosphère d’une heure du jour ou d’une saison.