DEL PINO Sarah

Née en France en 1992 - Vit en France

Sous l’esthétique d’une science-fiction la caméra abandonne peu à peu le monde des humains pour pénétrer dans un monde parallèle. Nous découvrons un microcosme fabriqué par l’Homme et pourtant déserté par ce dernier. Dans une ferme de vaches laitières autogérée par des logiciels informatiques, tous les désirs de ces travailleuses sont comblés si bien que la seule voix persistante est celle des robots. La frontière entre le naturel et l’artificiel se trouble : nées dans ce monde, ces vaches domestiques évoluent dans leur milieu «naturel». Telles des créatures dans l’ombre, elles produisent sans cesse notre futur consommation de lait. Enfermées dans un hangar, un champ seulement les sépare de notre société.

Sarah del Pino

Dans la vidéo Rêvent-elles de robots astronautes ?, [nous sommes] dans une ferme robotisée, dépourvue de présence humaine, filmée par Sarah del Pino sous une lumière crépusculaire. Les allées et venues des machines, le clair-obscur sous les sheds en tôle, les portiques, détecteurs infrarouges et brosses automatisées participent d’une désincarnation totale des lieux. L’artiste révèle l’artificialité d’une existence animale gérée par logiciel, en s’appropriant l’esthétique de la science-fiction et de la cybernétique, soulignée par la bande-son. Le titre de l’œuvre est d’ailleurs emprunté à Philip K.Dick, auteur en 1966 de Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?, ouvrage ayant inspiré le film de Ridley Scott, Blade Runner.

Xavier Julien